23 juillet 2020 / France

[Action Greenpeace] Emmanuel Macron préfère toujours le CETA au climat

Le 23 juillet 2019, l’Assemblée nationale ratifiait le CETA malgré la contestation de la société civile. Un an plus tard, le texte est toujours en attente de son passage au Sénat. Pour appeler le gouvernement à suspendre le traité commercial transatlantique, des militant·es de Greenpeace, Attac et la Confédération paysanne ont recouvert les permanences parlementaires avec des slogans tels que « Hypocrite du climat » ou « CETA ou climat, vous avez (mal) choisi ».

Les photos et vidéos sont téléchargeables jusqu”au 6 août 2020.

L'utilisation des images est soumise à des droits d'auteurs. Mention du copyright © auteur / Greenpeace obligatoire.

@ Vivien Fossez / Greenpeace

Tôt ce matin, les militant·es de Greenpeace France, Attac et de la Confédération paysanne ont recouvert les permanences des parlementaires ayant ratifié le CETA, pour leur faire entendre raison et demander que soit définitivement abandonné le traité de libre-échange. Partout sur le territoire français, 20 groupes locaux se sont mobilisés pour demander aux sénateur·rices de retoquer le CETA, et aux député·es de revoir leur copie.

Interview de Nicolas Girod, porte-parole de la Confédération paysanne.

Interview d'Ulysse, militant Greenpeace.

vidéo / 423 mo / 5 min. 45

© Jérémie Jung / Greenpeace

Tôt ce matin, les militant·es de Greenpeace France, Attac et de la Confédération paysanne ont recouvert les permanences des parlementaires ayant ratifié le CETA, pour leur faire entendre raison et demander que soit définitivement abandonné le traité de libre-échange. Partout sur le territoire français, 20 groupes locaux se sont mobilisés pour demander aux sénateur·rices de retoquer le CETA, et aux député·es de revoir leur copie.

jpg / 13 mo

© Jérémie Jung / Greenpeace

Tôt ce matin, les militant·es de Greenpeace France, Attac et de la Confédération paysanne ont recouvert les permanences des parlementaires ayant ratifié le CETA, pour leur faire entendre raison et demander que soit définitivement abandonné le traité de libre-échange. Partout sur le territoire français, 20 groupes locaux se sont mobilisés pour demander aux sénateur·rices de retoquer le CETA, et aux député·es de revoir leur copie.

jpg / 13 mo

© Jérémie Jung / Greenpeace

Tôt ce matin, les militant·es de Greenpeace France, Attac et de la Confédération paysanne ont recouvert les permanences des parlementaires ayant ratifié le CETA, pour leur faire entendre raison et demander que soit définitivement abandonné le traité de libre-échange. Partout sur le territoire français, 20 groupes locaux se sont mobilisés pour demander aux sénateur·rices de retoquer le CETA, et aux député·es de revoir leur copie.

jpg / 14 mo

© Jérémie Jung / Greenpeace

Tôt ce matin, les militant·es de Greenpeace France, Attac et de la Confédération paysanne ont recouvert les permanences des parlementaires ayant ratifié le CETA, pour leur faire entendre raison et demander que soit définitivement abandonné le traité de libre-échange. Partout sur le territoire français, 20 groupes locaux se sont mobilisés pour demander aux sénateur·rices de retoquer le CETA, et aux député·es de revoir leur copie.

jpg / 13 mo

© Jérémie Jung / Greenpeace

Tôt ce matin, les militant·es de Greenpeace France, Attac et de la Confédération paysanne ont recouvert les permanences des parlementaires ayant ratifié le CETA, pour leur faire entendre raison et demander que soit définitivement abandonné le traité de libre-échange. Partout sur le territoire français, 20 groupes locaux se sont mobilisés pour demander aux sénateur·rices de retoquer le CETA, et aux député·es de revoir leur copie.

jpg / 12 mo

© Jérémie Jung / Greenpeace

Tôt ce matin, les militant·es de Greenpeace France, Attac et de la Confédération paysanne ont recouvert les permanences des parlementaires ayant ratifié le CETA, pour leur faire entendre raison et demander que soit définitivement abandonné le traité de libre-échange. Partout sur le territoire français, 20 groupes locaux se sont mobilisés pour demander aux sénateur·rices de retoquer le CETA, et aux député·es de revoir leur copie.

jpg / 13 mo

© Jérémie Jung / Greenpeace

Tôt ce matin, les militant·es de Greenpeace France, Attac et de la Confédération paysanne ont recouvert les permanences des parlementaires ayant ratifié le CETA, pour leur faire entendre raison et demander que soit définitivement abandonné le traité de libre-échange. Partout sur le territoire français, 20 groupes locaux se sont mobilisés pour demander aux sénateur·rices de retoquer le CETA, et aux député·es de revoir leur copie.

jpg / 14 mo

© Jérémie Jung / Greenpeace

Tôt ce matin, les militant·es de Greenpeace France, Attac et de la Confédération paysanne ont recouvert les permanences des parlementaires ayant ratifié le CETA, pour leur faire entendre raison et demander que soit définitivement abandonné le traité de libre-échange. Partout sur le territoire français, 20 groupes locaux se sont mobilisés pour demander aux sénateur·rices de retoquer le CETA, et aux député·es de revoir leur copie.

jpg / 12 mo