30 octobre 2019 / Metz

Mobilisation en soutien aux activistes de Cattenom

Mercredi 30 octobre à Metz s’est tenu le procès en appel de Greenpeace, huit militant·es et un salarié suite à une intrusion dans la centrale de Cattenom en octobre 2017 pour dénoncer la fragilité des piscines d’entreposage de combustible usé.

Durant l’audience, de nombreuses personnes et associations environnementales étaient rassemblées devant le palais de justice pour soutenir les militant·es.

Les photos et vidéos sont téléchargeables jusqu”au 13 novembre 2019.

L'utilisation des images est soumise à des droits d'auteurs. Mention du copyright © auteur / Greenpeace obligatoire.

© Jean Nicholas Guillo / Greenpeace

Mobilisation citoyenne lors du passage en appel du salarié et des 8 militant.e.s Greenpeace.

jpg / 16 mo

© Jean Nicholas Guillo / Greenpeace

Mobilisation citoyenne lors du passage en appel du salarié et des 8 militant.e.s Greenpeace.

jpg / 17 mo

© Jean Nicholas Guillo / Greenpeace

"Ces actions sont nécessaires pour faire avancer le débat public" rappelle Jean-François Julliard, Directeur Général de Greenpeace France au sujet de l'action des militant.e.s de Greenpeace dans la centrale nucléaire de Cattenom.

jpg / 10 mo

© Jean Nicholas Guillo / Greenpeace

Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire chez Greenpeace est poursuivi alors qu'il n'était pas présent sur l'action à Cattenom.

jpg / 8 mo

© Jean Nicholas Guillo / Greenpeace

Les soutiens mobilisés devant la Cour d'appel jouent avec l'anagramme "Centrales nucléaires = les cancres et la ruine" lors de la mobilisation de soutien au salarié et aux 8 militant.e.s Greenpeace.

jpg / 8 mo

© Jean Nicholas Guillo / Greenpeace

Die-in devant le palais de justice de Metz.

jpg / 10 mo

© Jean Nicholas Guillo / Greenpeace

Die-in devant le palais de justice de Metz.

jpg / 14 mo

© Jean Nicholas Guillo / Greenpeace

Die-in devant le palais de justice de Metz.

jpg / 11 mo

© Jean Nicholas Guillo / Greenpeace

L'intrusion et le feu d'artifice déclenché par les militant-es de Greenpeace dans la centrale nucléaire de Cattenom en 2017 a permis de dénoncer la fragilité des piscines de combustible usé - des bâtiments vulnérables très chargés en radioactivité et non bunkerisés.

jpg / 10 mo

© Jean Nicholas Guillo / Greenpeace

Tout le monde ne pouvant assister à l’audience, un salarié de Greenpeace lit un compte rendu de la séance qui se déroule à l’intérieur aux soutiens présents devant le Palais de Justice.

jpg / 11 mo

© Jean Nicholas Guillo / Greenpeace

Une chaîne humaine s’est organisée devant le palais de justice en soutien aux militants et au salarié en train d’assister à l’audience.

jpg / 8 mo

© Jean Nicholas Guillo / Greenpeace

Une chaîne humaine s’est organisée devant le palais de justice en soutien aux militants et au salarié en train d’assister à l’audience.

jpg / 9 mo

© Greenpeace

Human banner demandant la relaxe des 9 prévenus

jpg / 6 mo